Actualités ozone

Les défis de l’eau industrielle

Problématiques des eaux usées industrielles

Les eaux usées industrielles sont toxiques et polluent l’environnement. Leur composition est complexe, contenant divers produits chimiques dangereux. Cette contamination pose un défi majeur pour la préservation des écosystèmes aquatiques et terrestres, ainsi que pour la santé humaine. Les industries doivent donc produire en minimisant leurs impacts environnementaux.

Cela nécessite une gestion rigoureuse du cycle de l’eau dans les installations industrielles afin d’éviter toute dégradation écologique due aux rejets non traités ou insuffisamment traités. Le véritable défi consiste à concilier efficacité industrielle et protection de l’environnement.

Mise en place d’un traitement adéquat

La mise en place d’un système de traitement adéquat est essentielle pour répondre à cette problématique cruciale. Elle permettra d’atténuer les effets néfastes des contaminants sur l’environnement et garantira également la conformité réglementaire face aux normes strictes imposées par les autorités compétentes.

L’objectif principal n’est pas seulement le respect de ces normes, mais surtout l’établissement d’une stratégie durable favorisant la réutilisation ou le recyclage des ressources hydriques utilisées dans les processus industriels.

Des solutions innovantes existent déjà ; elles reposent sur différents procédés physico-chimiques et biologiques afin d’optimiser le traitement des eaux usées industrielles, minimiser la pollution et préserver autant que possible l’intégrité écologique des milieux récepteurs.

La désinfection par ozone

La désinfection par ozone constitue une méthode efficace qui occupe une place importante dans le domaine du traitement des eaux industrielles. Ce gaz, puissant oxydant, présente l’avantage d’éliminer rapidement les bactéries et autres micro-organismes présents dans l’eau.

L’efficacité de ce procédé repose sur la production d’ozone à partir de dioxygène grâce à une décharge électrique ou au rayonnement ultraviolet. L’ozone dissous dans l’eau attaque alors les membranes cellulaires des organismes indésirables pour assurer leur destruction totale.

Cette méthode de désinfection n’engendre aucun sous-produit nuisible pour l’environnement et n’altère ni le goût ni la couleur de l’eau traitée. Elle représente un choix judicieux pour garantir un traitement respectueux et performant du précieux liquide en milieu industriel.

La purification et les systèmes de filtration

La purification des eaux industrielles est réalisée à travers divers procédés. Tout d’abord, l’utilisation d’un purificateur permet de séparer les substances polluantes solubles de l’eau grâce à la force centripète ou à l’adsorption sur des résines échangeuses d’ions.

Une étape cruciale du processus consiste en un passage par un filtre qui retient les particules en suspension dans l’eau, assurant ainsi sa réutilisation sans causer de dommages matériels ou environnementaux.

Un autre élément essentiel est l’adoucisseur, dont le rôle est d’éliminer les ions calcium et magnésium responsables de la formation de dépôts et pouvant entraîner divers problèmes techniques lors du rejet ou de la réutilisation.

Le dernier maillon dans cette chaîne est le clarificateur, qui rend cette eau traitée transparente en éliminant les matières organiques restantes grâce aux floculants qu’il contient.

L’élimination des virus et bactéries

L’élimination des virus et bactéries est une étape cruciale dans le traitement des eaux industrielles. Différentes méthodes sont utilisées pour garantir une décontamination efficace : la chloramination, l’ozonation, l’exposition aux ultraviolets et la filtration membranaire.

La chloramination repose sur l’utilisation de chloramine, une substance désinfectante puissante contre les bactéries qui n’altère pas le goût ni l’odeur de l’eau traitée. Elle reste active pendant longtemps dans le réseau d’eau.

Pour éradiquer les virus résistants comme ceux responsables de la gastro-entérite ou du choléra, on peut recourir à l’ozonation en injectant de l’ozone dans l’eau afin d’inactiver rapidement ces micro-organismes pathogènes.

Certaines installations privilégient également le rayonnement ultraviolet (UV) qui neutralise efficacement les germes pathogènes en perturbant directement leur ADN, sans apporter aucun résidu chimique potentiellement nocif.

Enfin, la filtration membranaire permet d’arrêter physiquement même les plus petites particules indésirables grâce à son maillage très fin. Cette méthode est précieuse pour éliminer matériaux organiques complexes ou colloïdaux ainsi que certains types spécifiques de parasites et bactéries.

En combinant judicieusement ces quatre approches, on parvient à assurer une élimination optimale des virus et bactéries lors du traitement des eaux industrielles.